L’électrostimulation, le nouveau traitement contre l’obésité?

1164

Stimuler le cerveau pour modifier son système de récompense est prometteur dans le traitement de l’obésité.

L’électrostimulation du cerveau serait efficace pour traiter l’obésité, selon les résultats d’une étude présentée à Barcelone dans le cadre de l’European Congress of Endocrinology. Un nouveau traitement efficace pour traiter l’obésité ?

loading...

Cette maladie chronique est une épidémie mondiale, avec environ 650 millions d’adultes et 340 millions d’enfants et d’adolescents actuellement considérés comme obèses, et la maladie contribue à environ 2,8 millions de décès par an dans le monde.

Les chercheurs de l’Institut d’hospitalisation et de soins à caractère scientifique (IRCCS) en Italie ont mené une étude avec des patients obèses, âgés en moyenne de 48 ans, qui ont reçu une seule séance de 30 minutes d’électrostimulation cérébrale à haute intensité (18 Hz).

L’électrostimulation efficace pour diminuer la faim

Ils ont découvert que l’électrostimulation à haute fréquence augmentait significativement les taux sanguins de béta-endorphines-neurotransmetteurs impliqués dans la production de sentiments accrus de récompense après l’ingestion de nourriture, comparativement à l’électrostimulation à basse fréquence.

« Nous avons aussi constaté que quelques marqueurs de sang potentiellement associés à la récompense alimentaire, par exemple le glucose, varient selon le genre, suggérant des différences entre les sexes concernant la vulnérabilité aux envies alimentaires compulsives et leur capacité de perdre du poids », a expliqué le Professeur Livio Luzi.

Si les résultats de l’étude ont encourageants, les chercheurs doivent mettre en place de nouvelles études doivent être mises en place pour comprendre avec des imageries cérébrales cette fois, comment la stimulation électrique modifie, à court et long terme, la structure et la fonction du cerveau.

« L’électrostimulation pourrait présenter une alternative beaucoup plus sûre et moins chère de traiter l’obésité que les médicaments ou la chirurgie », ont conclu les chercheurs de l’étude.

loading...